AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le syndrome naviculaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Manchot
Admin
Admin
avatar

Messages : 2643
Date d'inscription : 02/02/2012
Age : 27
Localisation : Vosges (88)

MessageSujet: Le syndrome naviculaire   Sam 25 Jan - 12:26


Le syndrome naviculaire est une maladie encore en cours d'investigations.

C'est une 'maladie' hélas assez courante qui touche essentiellement les chevaux de grand gabarit et les chevaux d'obstacle.
Le diagnostic établi signifie le plus souvent une mise 'à la retraite' prématurée du cheval sinon une fin précoce.




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


De quoi s'agit-il ?

Le tendon passe à l'arrière du pied et rentre dans le sabot en passant sur un os appelé le 'petit sésamoïde' c'est un problème de calcification (décalcification ou hyper calcification) de cet os qui agit comme une 'scie' sur le tendon et provoque la boiterie.

L'apparition du problème de calcification est d'origine incertaine. Certains parlent de prédisposition génétique mais rien n'est encore réellement établi. Le cheval d'obstacle, qui réceptionne plusieurs tonnes sur un seul sabot voit naturellement son tendon et son sésamoïde surmenés. Le cheval mal ou insuffisamment paré risque aussi de souffrir de la même pathologie tôt ou tard, l'équilibre du pied est de ce fait compromise et la porte ouverte à l'usure prématurée et anarchique du petit sésamoïde.


La fonction de l'os naviculaire :

L'os naviculaire est un os de type sésamoïdien, situé entre l'os de la troisième et de la deuxième phalange. Cet os sert de levier au tendon fléchisseur profond.


Les symptômes :

Le cheval soulage l'antérieur concerné (souvent les 2 antérieurs sont atteints mais de façon différente, il y aura toujours un pied plus 'sensible' que l'autre) en le portant vers l'avant au repos. On dit qu'il 'montre le chemin de Saint-Jean' du nom de l'abattoir.

La boiterie ressemble à s'y méprendre à une boiterie d'épaule, le vétérinaire opérera un blocage temporaire du nerf à plusieurs endroits afin d'affiner son diagnostic. Un test simple et souvent probant est de placer le cheval avec son pied sur une planche inclinée de façon à reporter tout le poids vers l'arrière du sabot, le laisser ainsi 5 minutes puis le faire trotter immédiatement, le cheval atteint présentera un boiterie sévère. Une fois le naviculaire suspecté on peut faire prendre des radios du pied pour évaluer 'l'étendue des dégâts'.


Les traitements :

Dans un premier temps, repos absolu et traitement anti-inflammatoires jusqu'à disparition de la boiterie.

Première solution, la plus drastique: la névrectomie (haute ou basse). Elle consiste à sectionner le nerf qui mène à la partie douloureuse du pied, le cheval ne sent plus la douleur et cesse donc de boiter. L'inflammation du tendon est toujours présente. Le cheval ne sent plus la douleur liée à son naviculaire mais il ne sentira pas non plus tout autre douleur dans le pied (un abcès par exemple ou une fourmilière), on parle de chevaux ayant tout simplement 'perdu' leur sabot comme un humain sa chaussure par suite d'un abcès invasif du pied, non décelé et non traité. Si la section du nerf n'est pas opérée correctement (en enlevant une partie de celui-ci) l'opération risque d'être inutile car chaque extrémité du nerf se ramifie (comme des branche d'arbre) et 2 ramifications qui se touche recréent le contact et la douleur réapparaît.

Le cheval perdant tout sensibilité dans le pied, ne pourra plus être monté que sur du terrain excellent au risque de trébucher et de tomber.

La ferrure orthopédique est un 'must' pour tout cheval naviculaire, elle doit être adaptée très précisément à la géométrie et à l'équilibre du pied, tout en relevant la talon afin de soulager le passage du tendon sur le sésamoïde.

Par la suite : les possibilités sont diverse mais aucun traitement ne guérira réellement le cheval, on peut lui apporter un peu plus de confort, un peu moins de douleur et retarder le processus dégénératif mais rien de 'réparera' le sésamoïde.


Le travail du cheval naviculaire :

Tant qu'il ne boîte pas, le cheval atteint du syndrome naviculaire peut continuer à 'travailler'. Mais l'exercice doit être adapté à sa pathologie.

Pas de travail sur sol trop mou, surtout pas d'obstacle ni de dressage de haut niveau. Les tournants courts et les descentes sont autant de traumatismes qu'il faut éviter.
L'idéal, un travail en ligne droite sur sol souple... La boiterie apparaît souvent par 'crises' qui surviennent après que le cheval aie trop sollicité son tendon (que ce soit en se défoulant en prairie ou après une séance de dressage un peu plus poussée au cours de laquelle le cavalier n'aura constaté aucune souffrance). Il faudra alors remettre le cheval au repos sous anti-inflammatoires et éviter à l'avenir ce genre de travail.

Tôt ou tard le mal deviendra chronique et le cheval ne sera plus 'montable', il pourra néanmoins terminer sa vie tranquillement en prairie, capable de gérer lui-même sa douleur même si un petit 'coup de pouce chimique' peut s'avérer nécessaire de temps en temps.


_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] ON PROGRESSE [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Revenir en haut Aller en bas
http://www.Nina-Golfite.skyblog.com
 
Le syndrome naviculaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ramey : à la recherche de la vérité sur le syndrome naviculaire + infos kc
» Le syndrome naviculaire
» Naviculaire - article traduit de Pete Ramey
» Le bitume, oui ? toujours ? souvent ?
» Symptomes du Syndrome

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le club à house :: Soins et Santé-
Sauter vers: